Gynécologie - Obstétrique

En cas de problème médical aigu, le service des urgences du CHR offre une prise en charge 24h/24 et 7j/7. Le gynécologue traitant ou de garde peut être sollicité par l’urgentiste qui a pris en charge la patiente, pour un avis téléphonique ou examen gynécologique, si les examens réalisés l’oriente vers une cause gynécologique.

En cas de problème gynécologique non aigu, il est conseillé de prendre contact avec son gynécologue habituel ou son médecin traitant. 

Lors d’un diagnostic de cancer gynécologique, un suivi multidisciplinaire est nécessaire.

Nous collaborons avec nos chirurgiens, oncologues et radiothérapeutes, ainsi qu’avec les services Universitaire de Liège.

Chaque patiente en cours de diagnostic ou de traitement sera présentée lors du colloque multidisciplinaire oncologique qui a lieu 1x/mois. Le Professeur Kridelka du CHU de Liège qui est spécialisé en oncologie pelvienne est présent lors des discussions thérapeutiques.

La plupart des cancers pelviens pourront être entièrement pris en charge au sein du CHR-Verviers qui bénéficie des techniques de pointe notamment en imagerie, chirurgie, oncologie et radiothérapie. Certaines pathologies spécifiques seront référées en centre universitaire.

Au CHR, le cancer du sein est traité de manière efficace grâce notamment à une approche pluridisciplinaire qui optimalise et humanise la prise en charge des patientes.

Partant du constat que des soins de qualité diminuent la mortalité, un projet de loi définit la Clinique du Sein comme une structure médicale répondant à des normes qualitatives et quantitatives dont l’activité consiste à traiter les pathologies bénignes et malignes du sein en assurant une prise en charge à tous les stades de la maladie, du diagnostic au traitement et au-delà par le suivi dans le temps.

Depuis longtemps déjà, notre philosophie des soins aux patients cancéreux a privilégié cette approche. Au fil du temps, une équipe multidisciplinaire et compétente s’est constituée comprenant les gynécologues, radiologues-sénologues, anatomopathologistes, chirurgiens, oncologues médicaux et radiothérapeutes ainsi que les intervenants paramédicaux indispensables dans la prise en charge globale du patient : psychologue, infirmière de référence, kinésithérapeute, diététicienne et esthéticienne.

Bien avant la loi de 2003, l’équipe médicale se réunissait déjà toutes les semaines pour discuter des traitements. Les médecins généralistes étaient déjà conviés à ces colloques qu’ils ont toujours enrichis grâce à leurs connaissances des patientes et de leurs situations familiales.